COMME UNE ENVIE DE CRÉER SA PROPRE AGENCE

création agence

COMME UNE ENVIE DE CRÉER SA PROPRE AGENCE

Il était une fois deux étudiantes en Management de la Parfumerie et de la Cosmétique à l’ISIPCA qui avaient toutes les deux envie de raconter des histoires, de partager des parcours incroyables, de mettre en lumière des textures, des parfums, des soins…

Alors que nous finissons nos études, nous décidons de ne pas nous perdre de vue : Emeline découvre le métier dans une agence RP  qui travaille avec les grandes enseignes beauté tandis que Morgane travaille sur des marques de niche, toujours en beauté. Un même métier avec des contraintes et des conditions bien différentes. Alors que nous menons toutes les deux une nouvelle expérience (côté corpo pour Emeline, côté marque pour Morgane), l’aventure de l’entreprenariat nous tente de plus en plus. La liberté, la possibilité d’aller plus loin dans nos actions, l’envie de devenir un partenaire à part entière des marques que l’on défend, des idées pour aller encore plus loin… L’entreprenariat nous appelle !

Après de nombreuses heures passées à peser le pour et le contre, COMME UNE BAVARDE voit officiellement le jour en novembre 2013 (même si l’idée, elle, est née des mois avant). Mais alors, qu’avons-nous pesé ? Retour sur notre expérience de création d’entreprise.

(Ceci est notre vécu, notre ressenti. Nous n’avons pas la prétention de vous faire une liste détaillée de la parfaite petite créatrice. De plus, cela s’applique à une agence de communication mais pas forcément à d’autres secteurs ou d’autres activités…)

Que prendre en compte quand on crée son entreprise ?

           1 / L’indépendance (personnelle, pas celle de la Corse !)

indépendance

Oui, être indépendante, être sa propre patronne est excitant, valorisant, terriblement stimulant. Mais attention, l’indépendance veut aussi dire que tout repose sur vous, que le succès comme l’échec sont de votre fait. Pas d’excuse. C’est un peu le « No Pain, No Gain » professionnel : il n’y a que le travail qui paie. (et même pas de protéines en poudre pour les jours sans…)

* Notre solution : se lancer à deux. A deux, quand une flanche, l’autre prend le relai. Loin de nous l’idée de verser dans le cliché mais « seul, on va plus vite, à deux, on va plus loin ! »

           2 / L’entourage

entourage

Etre indépendante ne veut pas dire être seule. Pour créer sa société,  il faut se sentir épaulée et de tous les côtés. Professionnellement, un bon réseau est indispensable (ne serait-ce que pour trouver des clients, utiles dans une boîte…). Un bon comptable et un bon avocat sont aussi des piliers sur lesquels vous devez pouvoir vous reposer en toute confiance.

Et personnellement, l’entourage est primordial aussi. Vous allez créer votre société, il y a des chances que ça prenne tout l’espace. (au sens propre comme au figuré d’ailleurs ! ) C’est une aventure excitante et vous allez avoir envie de ne parler que de ça, pendant les périodes de folie comme dans les creux. C’est important que votre entourage le comprenne mais aussi soit là pour vous permettre de déconnecter de temps à autre. Sans ça, pas de répit et c’est le craquage assuré.

* Notre credo : OK, Comme Une Bavarde est importante et nous en avons fait notre bébé professionnel mais « on ne sauve pas des vies ».(D’autres disent : “on n’envoie pas des fusées !”)  Apprendre à couper le pro et le perso pour se garder des moments de vie privée, c’est indispensable. Et le mail « URGENT » envoyé le dimanche après-midi ou le soir à 23h attendra le lendemain matin.

           3 / L’association

associationEtre deux pour se lancer, puis pour réfléchir aux différentes voies que veut emprunter l’agence pour grandir, c’est la meilleure idée qu’on ait eue.

Et nous nous sommes toujours dit que notre association fonctionnait pour différentes raisons :

           – nous nous connaissions mais nous n’étions pas encore amies. Nous avions surtout travaillé ensemble sur différents projets pendant notre master. Nous sommes parties sur une base professionnelle (même si après 5 ans, nous ne pouvons plus nous lâcher et que nous sommes les marraines respectives de nos poissons rouges !);

           – nous avons la même conception en général sur l’entreprise, sur la façon de travailler et nous sommes en accord sur l’évolution que l’on veut donner à la société;       

           – nous avons chacune notre expérience et sur des budgets complètement différents aux stratégies diamétralement opposées. Cette différence, nous l’utilisons chaque jour comme une force et sommes devenues complémentaires;

           – nous sommes complémentaires aussi par nos caractères : quand l’une est plus passionnée, l’autre est plus posée ; quand l’une est résolument optimiste et volontaire, elle rassure celle qui est plus « réaliste » (tout le monde sait que les pessimistes préfèrent dire qu’ils sont réalistes… ) ; quand l’une ne pense qu’au budget, l’autre sait lui faire comprendre que notre métier, c’est aussi de faire rêver.

Ne cherchez pas, on ne vous dira pas qui est laquelle… secret de fabrication !

           4 / La joie de l’administratif

administratifAvant de se lancer, il y a un nombre incalculable de démarches pour que tout soit fait dans les règles et ça continue de plus belle alors que l’entreprise est lancée. Statut de travailleur indépendant, forme juridique de l’entreprise, charges patronales, URSSAF, RSI (même s’il n’existe plus, il nous a quand même bien épuisées au début), erreurs de l’administration en LEUR faveur (quand l’administration t’enregistre à « Morgane Morgane » en pensant que tes parents ont trouvé marrant de te donner le même prénom que ton nom, qu’elle te retrouve 2 ans après, c’est à toi de payer les arriérés…).  Il faut tout gérer ! C’est assez obscur, toujours urgent et chaque fois différent mais il faut de toutes façons en passer par là.  Et le temps que vous passez à gérer ces diverses formalités sera du temps en moins sur l’opérationnel, sur la prospection, sur la relation client…

* Notre astuce : nous ne laissons jamais rien traîner mais nous dédions un temps particulier à l’administratif (difficile de nous joindre le jeudi après-midi), et tout ce que nous ne comprenons pas, nous l’envoyons à notre comptable. D’où l’importance d’en choisir un bon avec qui vous vous entendez bien.

Dans notre formation, nous avons eu des cours de gestion et de comptabilité qui, même s’ils n’ont pas éveillé de passion pour les chiffres, nous aident à comprendre le fonctionnement financier & administratif de l’entreprise et à anticiper.

           5 / Le business, le nerf de la guerre

C’est bien beau d’être entourées, d’être organisées, d’être associées… mais pour qu’une entreprise fonctionne, il faut surtout des clients ! Comment les prospecter, comment les trouver, comment les garder… tout cela s’apprend plus ou moins et cinq ans après, on a encore beaucoup à apprendre. Nous avons eu la chance d’être suivies depuis le début par le Groupe Moving, ambassadeur du fitness en France depuis 33 ans, qui nous fait confiance depuis plus de 5 ans maintenant.

Créer une entreprise en sachant qu’un client, de cette importance en plus, nous suivait a été un vrai luxe et une garantie. Le compter dans notre portefeuille clients 5 ans après est une de nos grandes fiertés.

           6/ et tout le reste…

Pour créer son entreprise, il y a tellement à penser que ça en devient terrifiant (des locaux ou rester chez soi ? des salariés, des apprentis, personne pour le moment ? PC ou Mac ? l’oeuf ou la poule ? Non, celle-ci peut attendre…) .

* Notre passion : faire des listes !

listes

Quoi qu’il en soit, l’aventure vaut vraiment le coup (ou comme dirait OSS117 : « Le jeu en vaut la chandelle Larmina ! ») et aujourd’hui, 5 ans après l’immatriculation au tribunal de commerce, la passion est intacte. L’entreprise a grandi, nous aussi, et alors qu’on se disait « dans 5 ans, on a revendu et on fait toute autre chose », on n’a pas vu le temps passer.

* Notre envie : continuer de grandir tant que venir au bureau nous donne les yeux qui pétillent !

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.