tendance

Il était une fois le marketing d’influence : épisode 6.

En 2018, les médias sociaux ont fait émerger l’expression « donner du sens ». Après la fameuse bienveillance de 2017, l’heure est à l’engagement. Au vrai. CUB donnait d’ailleurs une conférence à ce sujet il y a 1 an. Après la profusion de contenus publiés – plus de 27 millions partagés par jour, place au slow content et à une responsabilité sociale & informative. Mais qu’est ce que cela signifie ? Et quelle est la grande tendance actuelle ?

Tendance #1 : et que vive le slow content !

Mais quel est le principe ? Chaque contenu doit être utile. Mais aussi lu, écouté, vu. Finalement, pour être préféré.

En effet, on prend donc les règles du développement durable et on recommence : la production locale par la marque – le tri par média et par communauté – la qualité avant tout.

Tendance #2 : 2019 ou retour vers le futur

En 2018, on a laissé de côté la vidéo pour l’audio comme en témoigne la folie des podcasts. En 2019, on revient au visuel parce que la vidéo et l’audio c’est bien trop long pour notre capacité d’attention sur les médias sociaux qui avoisine les 2mn grand maximum ! Des visuels très très très beaux, très très très créatifs, qui cassent les codent tout en étant dans la tendance.

En 2018, on a fait la part belle aux histoires de marque & à leurs valeurs (engagées, bien sûr !). Normal, il fallait rassurer les client.e.s. En 2019, et si on revenait au produit & à tout ce qui l’entoure (des recettes, des témoignages, …). Simple. Basique.

En 2018, les marques s’attachent à cibler par génération. Les Millenials par ci, par là. Et puis les Digital native aussi. En 2019, on change son ciblage par affinité. Ce qu’on appelle en marketing « les social persona ». L’exemple parfait ? les Digital mums !

En 2018, la stratégie sociale des marques étaient centrées sur les influenceurs.ses. sur Instagram. Des partenariats en veux-tu, en-voilà. En 2019, on se recentre sur des collaborations (et oui ce n’est pas la même chose) : on favorise la co-création avec un pool d’influenceurs.ses trié.e.s sur le volet.

En bref, pour les médias sociaux « il s’agirait de grandir » comme dirait un certain Hubert.

Avec le slow content et le retour vers le futur, la tendance est donc clairement à cette phase 2 !